Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 20:04
La Poste vous livrera bientôt vos colis le dimanche ...
...ou brisons le tabou  de l'égalité du Service Public 
 
 (Le HuffPost  -

VIE QUOTIDIENNE - Le service doit être présenté plus en détails le 14 septembre, selon Le Monde. Le quotidien indique samedi 2 septembre sur son site Internet que le groupe La Poste a décidé, après un an de test en collaboration avec le site de commerce en ligne Cdiscount, de "briser le tabou de la livraison le dimanche".

Prises en charge par Chronopost (filiale de La Poste) et confiées à des sous-traitants, les livraisons ne concerneront toutefois "que les achats effectués auprès de commerçants (...), ou par des professionnels ouverts le dimanche", précise un syndicaliste cité par Le Monde.

En bref, les colis envoyés par les particuliers attendront lundi.

Une évolution qui répond à l'essor du e-commerce: 1,03 milliard de transactions en ligne ont été effectuées en France en 2016, une hausse de 23% par rapport à 2015, selon les chiffres de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

Partager cet article
Repost0
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 08:56

Si les "Petites mains" étaient au rendez-vous du 24 /08 ( RdV que je n'ai pu assurer , raison personnelle  mais rien de grave!) ce Post' Hier vous parviendra donc  après le 24 août ! 

En attendant, je vous offre la version Magazine et la version PDF !

Je tiens quand même à rappeler une date importante: la REUNION  MENSUELLE  et de RENTREE du 8 Septembre à 9H00 au Syndicat  qui nous permettra de nous mettre à jour  par rapport aux actions prévues les prochains jours ( 12 sept Manif' 10H30 Vieux Port - Fête de Fabrégoule les 27 et 28 sept- , action unitaire des Retraités du 28 ( ou 26 ?) sept ..... )

 
Notre FRABREGOULOMETRE nous indique que nous sommes en avance sur l'objectif de fin Aout!
 C'est bien, mais peut mieux faire vu le nombre de vignettes non retournées ( voir tract joint à l'envoi Papier) 

 Pensez à régler ou retourner les vôtres ! 

 

Lire la version PDF en cliquant sur l'image ci dessous 

 

Partager cet article
Repost0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 22:31
 
 
La discrimination sociale bat son plein à La Banque postale
Cécile Rousseau
Mardi, 3 Janvier, 2017
L'Humanité

 

 

Ce document interne de la Banque postale montre la classification
des usagers et le refus qui est opposé aux plus modestes, notamment
en cas de découvert, entraînant, de fait, une stigmatisation.

Depuis cet été, la classification des usagers de La Banque postale s’est rigidifiée, entraînant un traitement inégalitaire et des sanctionsrenforcées pour les usagers les plus modestes. Des pratiques allant à l’encontre de la mission d’accessibilité bancaire de La Poste.

MS4-classe 4. Derrière ce code digne d’une mission secrète de James Bond se cache une stigmatisation inédite des usagers modestes de La Banque postale. Les petits porteurs non dotés de patrimoine, d’un compte bancaire bien fourni, ou susceptible de dépasser leur découvert autorisé, soit cinq millions de comptes selon les syndicats, sont désormais susceptibles d’être sanctionnés brutalement. Sous le prétexte d’instaurer un nouveau « parcours client », La Poste a donc pris depuis cet été un virage inquiétant. D’après un document interne que s’est procuré l’Humanité, les personnes placées dans la catégorie MS4, soit le grand public titulaire d’un compte à La Banque postale, classées en catégorie 4, sont considérées comme « très risquées » et « sensibles ». Ainsi, dans le cas d’une décision concernant le paiement des opérations en dépassement du découvert autorisé, le « refus » est opposé d’office pour les MS4 classe 4, les clients notés zéro (en probation – NDLR) ou encore les classe 9 (ceux qui ont déjà eu une dette auprès de la Banque – NDLR). Ainsi, dès que le découvert dépasse les trente jours ou le seuil autorisé, la machine implacable se met en route. Comme l’explique Daniel Lahaye, secrétaire de SUD PTT au centre financier de Nantes (Loire-Atlantique) : « Maintenant, le compte est clôturé automatiquement. On ne peut pas l’éviter, même si nous voyons des chèques ou le RSA arriver pour son approvisionnement. Avant, quand les usagers nous appelaient, on pouvait retarder les choses. On essaie de résister individuellement, mais c’est compliqué. »

Les frais bancaires viennent plomber des « clients » déjà mal en point

La procédure de rejet des chèques a aussi été renforcée pour ces MS4 classe 4. « Tous les usagers bénéficient d’une marge de manœuvre de six jours. Mais, pour eux, il n’y aura pas de relance téléphonique en plus avant le refus. C’est le cercle vicieux, ils se retrouvent très vite en interdit bancaire », poursuit le syndicaliste. Résultat, les frais bancaires viennent plomber ces « clients » déjà mal en point. Pour un chèque de moins de 50 euros, la pénalité est de 28,50 euros et de 45 euros pour un refus de chèque d’un montant supérieur. « L’un d’entre eux, avec un petit salaire, s’est retrouvé avec 870 euros de pénalités en un an. La Poste ne leur fait pas de cadeau », déplore un chargé de clientèle. De fait, ces « clients » n’ont plus les mêmes droits que les autres. « Si, par exemple, une personne a 100 euros d’autorisation de découvert, mais en voudrait 200, on nous demande avant tout de regarder sa classification », précise Marie Pagès, secrétaire de la CGT dans le même centre financier et agent au service de recouvrement.

La catégorisation de la clientèle existe depuis les accords Bâle III de régulation du secteur bancaire en 2010. Mais un tel traitement de la part d’une banque à vocation sociale choque. « Alors que tout un pan de la population avait l’habitude qu’on soit indulgent, là, ils se retrouvent face à un mur, soupire Marie Pagès. Ça nous met mal avec notre éthique. Quand on est fonctionnaire, on n’est pas censé traiter les personnes de manières différentes. »

Face à ces titulaires de comptes en détresse, les agents répondant aux 36 39 restent démunis. « Ces clôtures de comptes ou refus de chèques concernent un appel sur deux, soupire l’un d’entre eux. Deux de mes interlocuteurs ont déjà menacé de se suicider au téléphone. J’ai appelé les secours et, quelques jours plus tard, j’ai regardé si le compte était toujours en fonctionnement… Psychologiquement, c’est très dur. » Pris à la gorge de ces nouvelles règles ultrarigides, les réclamations écrites d’usagers fusent aussi. Comme cette lettre d’une personne âgée dans l’embarras à cause de frais bancaires exorbitants : « Voyez ce que je perçois tous les mois et ce qui me reste pour manger, ayant mon petit-fils majeur qui ne touche rien… Si vous avez du savoir-vivre, me prendre de l’argent alors que je suis en galère, c’est m’enfoncer encore plus… »

La Banque postale née en 2006 poursuit coûte que coûte sa mue

Un autre usager, ex-postier également, a dégainé sa plume indignée : « Après avoir débuté en 1966 à La Poste, et jusqu’à l’an 2005, je ne peux continuer à être traité de la sorte. » Mais La Banque postale née en 2006 poursuit coûte que coûte sa mue. D’ici à 2020, elle veut réduire au minimum ses charges, en supprimant des emplois à tour de bras, tout en développant ses activités commerciales. Dans cette course à l’augmentation du coefficient d’exploitation, les moins rentables sont reléguées au second plan. Pourtant, sur son site Internet, La Poste se dit toujours fière d’être la seule banque à avoir « une mission d’accessibilité bancaire », notamment en ce qui concerne le livret A… Pour Arnaud Faucon de l’Indecosa CGT, association pour l’information et la défense des consommateurs, « priorité est bien faite aux usagers avec une valeur ajoutée. Avec ces pratiques, le contrat moral entre La Poste et l’État n’est plus respecté ». Et aucune éclaircie ne se profile pour 2017. Selon Marie Pagès, « dès fin janvier, les comptes seront filtrés à l’avance par informatique. Nous n’aurons plus accès à toutes les données. Pendant ce temps-là, l’usager ne comprend toujours pas ce qui se passe, il en subit juste les conséquences ». Contactée, La Poste assure qu’elle reste « particulièrement attentive à la situation de ses clients les plus fragiles économiquement ». Et qu’elle « veille à conserver un équilibre entre les revenus du client et les facilités qui sont accordées à ce dernier afin que celui-ci ne se retrouve pas dans l’incapacité de rembourser ses dettes ».

journaliste
Partager cet article
Repost0
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 19:14

 

Voir tous les Flashinfos >>>ICI 

Partager cet article
Repost0
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 10:59

Fermé en 2010, ce lieu emblématique a finalement été conservé par La Poste, qui veut en faire son nouveau "QG"

Sur la façade, deux dates ramènent à sa construction, de 1889 à 1891. Il fallait bien trois ans pour venir à bout du monument. Un bâtiment gigantesque dont la plus vaste façade s'étend sur plus de 110 mètres et la cour intérieure flirte avec les 1 200 m². Conçu par l'architecte aixois Joseph Huot, l'hôtel des Postes de la rue Colbert (1er) était un véritable palais dédié aux télécommunications. Les "P et T", comme l'on disait alors, avant que "Téléphone" ne s'ajoute à Poste et Télégraphe pour former les PTT.

Derrière ces murs, flanqués d'une grande horloge à l'heure de Paris - une prouesse à une époque où les pendules n'étaient pas vraiment synchronisées - et ornés de médaillons à l'effigie des physiciens Coulomb, Volta, Ampère et Faraday, des centaines de postiers oeuvraient à l'acheminement et au tri du courrier marseillais. Tandis que les "demoiselles du téléphone" raccordaient les lignes des premiers privilégiés équipés de combinés. La tour, qu'un figuier sauvage occupe désormais à la pointe est du bâtiment, côté rue Saint-Cannat, abritait en effet le premier central téléphonique de la ville, qui concentrait les lignes de 440 abonnés en 1889.

La fin d'une époque

Mais après 120 ans de bons et loyaux services, ponctués de moments d'Histoire - la nouvelle de l'armistice du 11 novembre 1918, signé deux heures plus tôt, parvint dans le grand hall de la poste Colbert sous les hourras des usagers et une Marseillaise qui semble encore y résonner - et de luttes sociales épiques, La Poste a fermé son bureau en 2010. Et les derniers services ont quitté le bâtiment en 2012. Le site, bien qu'emblématique ne correspondait plus aux besoins de l'époque, dixit l'entreprise, passée d'une logique de "gros point central" à celle de branches et de points de vente plus petits et disséminés sur le territoire. Ainsi un petit bureau, organisé en îlots, dans l'esprit du moment, a été créé dans la foulée, juste à côté, rue Saint-Cannat. Et il s'y trouve toujours.

Des vélos et des rumeurs

Restait à trouver une nouvelle destinée à ce bâtiment, si vaste qu'en vidant les sous-sols, deux vélos de postiers datant des années 1920 ont été retrouvés et remis, depuis, à un musée. Problème, La Poste n'était pas la seule propriétaire des lieux. Un autre héritage encombrant compliquait toute opération : PTT obligent, la Poste Colbert appartenait encore, pour partie, à France Télécom, devenue Orange. "Il a donc fallu se mettre d'accord avec Orange, pour acquérir l'ensemble, ce qui a pris près d'un an", explique-t-on à La Poste.

Un délai pas vraiment de trop, dans la mesure où le choix d'un projet n'était pas encore arrêté. La vente de l'hôtel des Postes a même été envisagée, tandis que les rumeurs allaient bon train, alléchant les promoteurs, qui agitaient jusqu'à la rue Barbusse des estimations dépassant les 10 millions d'euros. On y a prédit un marché couvert, un Apple store, ou encore un Virgin. Mais finalement, rien de tout ça. "Il y a eu des réflexions, des scénarios... On a une foncière, Poste Immo, qui se charge de ce genre de problématique, et le meilleur choix s'est avéré de garder ce lieu pour en faire notre QG", explique Christine Bord le Tallec, déléguée régionale du groupe, planches et vues de synthèse à l'appui.

Des postiers mais plus de courrier

 

Derrière les guichets du grand hall ou dans les salles de tri manuel du courrier, ce sont des centaines de postiers qui ont oeuvré à Colbert durant près de 120 ans, jusqu'à la fermeture du site en 2010.

À l'issue d'un appel à projets, la rénovation du site Colbert a été confiée à l'architecte Roland Carta, en vue d'en faire un "village La Poste". Un lieu qui rassemblera toutes les "fonctions support" de l'entreprise : direction régionale, communication, ressources humaines... bref, 400 postiers, mais pas de courrier. "Un site ouvert qui sera la vitrine de nos savoir-faire", note Christine Bord le Tallec, qui ajoute "qu'il y aura probablement des commerces et des entreprises. Mais c'est quelque chose dont on discutera avec la municipalité, car c'est un véritable projet de ville, dans lequel La Poste a une responsabilité d'aménageur".

Reste un chantier qui n'en est pour l'heure qu'aux travaux préparatoires, entamés en juin 2016. La construction, à proprement parler, n'interviendra qu'après la désignation de l'entreprise prestataire - le budget du projet se chiffrant en millions d'euros - pour une livraison espérée au deuxième trimestre 2019.

Partager cet article
Repost0
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 15:00

Faut bien une petite pause avant d'atteindre cette Rentrée que nous voulons "combative". Le repos des guerriers avant la bataille en somme !  

Mais pour cela, il faut aussi maintenir le lien que nous avons réussi à créer entre syndiqué(e)s retraité(e)s CGT et le Syndicat de La Poste grâce au journal Le Post' Hier. 

Les moyens modernes de communications permettent cela, d'autant plus que notre fidèle imprimeur n'est pas en congés et qu'il travaille sur la version Papier que des "petits bras musclés" mettront sous pli le mercredi  16  août (si ça te dis, viens nous aider: 9H00 au siège du Syndicat). <<<ANNULE !

Donc , nous te  présentons la VERSION PDF

 

 

...ou si tu préfères la VERSION MAGAZINE.

 

 

BONNE LECTURE !

Partager cet article
Repost0
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 21:52
En pleine période estivale, encore un mauvais coup pour les travailleurs, l’emploi, les consommateurs, l’environnement et la démocratie
Montreuil, le 2 août 2017

Saisi en février par plus de 110 député.e.s et 40 sénateur.trice.s progressistes qui demandaient de censurer l’Accord économique et commercial global (AEGC) ou Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA), le Conseil constitutionnel vient de considérer le CETA conforme à la Constitution. Conscient du mauvais coup qu’il porte à notre modèle social en ouvrant la porte d’une régression en matière de standards sociaux et environnementaux, le Conseil constitutionnel a choisi la période estivale (le 31 juillet) pour annoncer en catimini sa décision[1].

Dans une décision très courte[2], le conseil rejette donc les objections présentées par les parlementaires.

Malgré les risques que cet accord fait subir aux Européens, à ses entreprises et à l’emploi, malgré les risques que cet accord fait subir aux populations en termes de santé et de sécurité, malgré les risques que cet accord, négocié dans le secret le plus absolu, fait courir à la démocratie, le Conseil constitutionnel sans prendre en compte les enjeux présents et futurs (JEFTA…), rend une décision sans réels arguments et sans cohérence. Il valide ainsi cet accord et ouvre à la France une application provisoire de l’accord en édictant que « L’accord économique et commercial global entre le Canada, d’une part, et l’Union européenne et ses États membres, d’autre part … ne comporte pas de clause contraire à la Constitution. »

Le Président Macron qui s’est d’ores et déjà exprimé en faveur du CETA a nommé, sous pression des syndicats et ONGs, une commission d’expert.e.s pour donner son avis, avant la mise en application provisoire (prévue le 21 septembre).

La CGT s’interroge sur l’objectivité des expert.e.s nommé.e.s dans cette commission. Des expert.e.s qui par le passé ont soit participé.e.s à l’élaboration du CETA, soit fait connaître leur approbation des accords de libre-échange.

La CGT continuera à faire entendre sa voix et à lutter contre tous les accords de libre-échange (dit communément accord FTA de nouvelle génération) qui iraient à l’encontre des besoins des travailleurs, des consommateurs, de l’emploi, de l’environnement et de la démocratie.

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 16:42

Campagne Nationale 

Gel des pensions, hausse de la CSG

avec VOTATION

 

Pas de trêve dans l’Action ! Dans les B du R , la Campagne est lancée avec l'arrivée du Tour de France dans la région

  • Vendredi 21 juillet : Initiative Tour de France Rendez-vous à 14h00 Salon de Provence (gare SNCF) UL du Département (sauf Aubagne et la Ciotat),
  • Besoin de Camarades pour diffuser tracts CSG et votation, pour participer inscription auprès de :Christian PERRIN 06 29 01 67 25 ou Rolland AUDIBERT 06 17 75 22 61
  • Samedi 22 juillet : Initiative Tour de France Rendez-vous à 11h00 au Rond-point de David, UL de Marseille Aubagne et la Ciotat.
  • Besoin de Camarades pour diffuser tracts CSG et votation, pour participer inscription auprès de Jocelyn : 07 60 17 29 97

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 14:46
Oui! Je sais , le titre est nul mais je suis près à le remplacer si vous m'en trouvez un plus adéquat !
Et puis:
  • pensez-donc à vous inscrire  et participer au calendrier des luttes,
  • à donner votre Sang,
  • et à nous retourner vos Vignettes Fabrégoules
A ce jour- 10/07/2017- nous comptabilisons 110 vignettes payées       et 7 bons repas commandés.
Faites EXPLOSER le FABREGOULOMETRE!
 

 

 
Partager cet article
Repost0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 14:53

 Pas la peine de vous précipiter sur votre boite aux lettre, d'engueuler le facteur ou d' accuser la factrice, vous ne l'aurez que samedi au mieux chez vous !

En attendant, on vous propose de feuilleter  Magazine

 

ou de lire , Pépère, la version PDF.

Post hier

On joint également  la convocation pour l'AG du 6 juillet

et le plan de travail concocter par et pour les Retraités USR CGT13

Planning

Chers (es) camarades,

Veuillez trouver ci-dessous le plan de travail départemental de l’UD,

 dans lequel l’USR s’inscrit pleinement, et invite les camarades

 des secteurs concernés à participer.

PLANNING DE L’ÉTÉ :

Vendredi 30 Juin : distribution de tracts au village des marques à Miramas à 10h30  pour une diffusion de masse

Jeudi 13 Juillet : distribution de tracts au péage de Lançon

Lundi 17 juillet : Caravane des saisonniers à Arles

Jeudi 22 Juillet : action dans le cadre du Tour de France qui passe à Marseille

Pour ces initiatives, veuillez vous rapprocher de votre UL.

POUR LA RENTRÉE :

Jeudi 7 Septembre : Assemblée Générale de rentrée de l’UD

(le lieu sera précisé ultérieurement)

Mardi 12 Septembre : Journée nationale d’action et de grève

Mercredi 27 et jeudi 28 Septembre : Fête des retraités du département à Fabrégoules

Samedi 30 Septembre : Fête de l’UD à la Mérindole à Port de Bouc

Initiative départementale unitaire des retraités fin septembre

 

 

Fraternellement .... et reposez -vou bien si vous êtres en vacances !

PS: Après, nous aurons droit à...... un vrai Plan de Travail automnal ! :-)

Partager cet article
Repost0

Retraités Cgt Poste 13

  • : Retraités C.G.T Poste 13 - Le Post' Hier
  • : Section syndicale des Retraités C.G.T S.A Poste 13
  • Contact

Nos coordonnées:

Section syndicale des retraités C.G.T S.A Poste 13
55 Avenue de La Rose
La Brunette Bt extérieur D
13013 MARSEILLE

TEL : 04.91.11.60.95 - FAX : 04.91.02.69.69       

Courriel : retraites.cgtposte13@hotmail.fr

Recherche

Permanence

Permanence de la section des retraitésde 9h à 12h 30  tous les 1er et 3eme  mardis

au siège du syndicat départemental